Tous les articles par MRanquet

La communicabilité des documents électoraux

Les questions de communicabilité relatives aux documents liés aux élections font partie des questions récurrentes posées au Service interministériel des archives de France. Elles font également l’objet d’une fiche thématique de la CADA, ce qui traduit là encore la fréquence des demandes d’avis et conseils sur ce point1. Rappelons à titre liminaire que les archives électorales sont, pour une partie d’entre elles, soumises à un régime spécifique de communicabilité, cité dans le code électoral2.

A. Listes électorales3

Continuer la lecture de La communicabilité des documents électoraux 

  1. Fiche thématique de la CADA sur les documents électoraux. []
  2. Articles L. 28, R. 10 et R. 16 ; L. 68 et LO. 179. []
  3. Voir la mise à jour au bas de l’article. []

L’accès aux documents classifiés

La communication des documents classifiés est généralement source de beaucoup de confusions et d’incompréhension, tant pour les lecteurs que pour les archivistes. Cet article a pour but de dresser un état des lieux de la question afin d’aider les uns et les autres à y voir plus clair.

1) Qu’est-ce qu’un document classifié ?

Il s’agit d’un document couvert par le secret de la défense nationale, et qui bénéficie à ce titre d’une protection supplémentaire par rapport aux délais de communicabilité. Le secret de la défense nationale est défini conjointement par le code de la défense (articles L. 2311 à 2313-4) et le code pénal (articles 413-9 à 413-13).

Continuer la lecture de L’accès aux documents classifiés 

Les « affaires portées devant les juridictions » : quel délai ?

Les archivistes le savent : les documents « relatifs aux affaires portées devant les juridictions » sont soumis au délai de 75 ans à compter de la date de clôture du dossier, délai qui peut être porté à 100 ans si l’intéressé est un mineur ou si l’affaire met en cause l’intimité de la vie sexuelle des personnes, ou au contraire réduit à 25 ans après le décès des intéressés1. Mais qu’entend-on au juste par « affaires portées devant les juridictions » ? L’interprétation de cette disposition n’est guère aisée.

Or, la CADA vient de rendre un avis passionnant qui aborde la question de ce délai applicable aux affaires portées devant les juridictions2. En cause, le refus exprimé par le Ministère des Affaires étrangères et du développement international (MAE) à une demande d’accès par dérogation aux archives publiques, refus porté devant la CADA. Le MAE a estimé que les documents visés par la demande de dérogation étaient «relatifs aux affaires portées devant les juridictions », ce qui a motivé l’application d’un délai de 75 ans, que la CADA a jugé inadapté aux documents en question. Penchons-nous sur son interprétation.

Continuer la lecture de Les « affaires portées devant les juridictions » : quel délai ? 

  1. Article L. 213-2 du Code du patrimoine, II, 4e c). []
  2. Avis 20144431 du 5 février 2015. []

Le droit d’accès, comment ça marche ? 1/5

Voici le premier billet d’une série consacrée au droit d’accès, destinée à récapituler les informations de base sur la question, et qui se décomposera comme suit :

  1. Qu’est-ce que le droit d’accès ? (principes généraux)
  2. Les modalités d’exercice
  3. Les régimes spécifiques
  4. Droit d’accès et communicabilité (dont la notion d’intéressé)
  5. Accéder par dérogation

Continuer la lecture de Le droit d’accès, comment ça marche ? 1/5 

Gros plan sur… la communicabilité des matrices cadastrales

NB : la matrice cadastrale est l’un des éléments matériels du cadastre. Elle récapitule, pour chaque propriétaire, les biens (bâtis ou non) que celui-ci possède dans la commune. Elle comporte, entre autres, des éléments sur l’identité des propriétaires, ainsi que sur la valeur des biens possédés (revenu cadastral).

1) Le délai de communicabilité

En raison des informations à caractère personnel/relatives à la vie privée des personnes (untel possède telle parcelle), les matrices cadastrales sont soumises au délai de communicabilité de 50 ans (à la différence des plans cadastraux, immédiatement communicables).

Continuer la lecture de Gros plan sur… la communicabilité des matrices cadastrales 

Restitution sonore de la journée d’études «Réutilisation et open data : quels enjeux pour les archives ?»

Le Service interministériel des Archives de France a organisé le 23 septembre 2014 une journée d’études qui avait pour objectif de présenter les pratiques des services d’archives en matière de réutilisation de leurs documents, mais aussi celles d’autres secteurs culturels (bibliothèques, musées, inventaire général), et leur récente évolution dans le contexte du mouvement d’ouverture des données publiques. Cette journée a également  permis d’échanger sur les formes que pourrait prendre la prochaine transposition de la directive européenne sur la réutilisation des informations du secteur public.

Retrouvez ici les enregistrements sonores de cette journée et, le cas échéant, les contributions écrites des auteurs :
Continuer la lecture de Restitution sonore de la journée d’études «Réutilisation et open data : quels enjeux pour les archives ?» 

Présentation

Le Service interministériel des Archives de France et son Bureau de l’accès aux archives et de la diffusion numérique vous proposent un regard sur l’environnement juridique applicable aux archives publiques, particulièrement sur les questions relatives au droit d’accès aux archives publiques en France.

Vous trouverez sur ce carnet des informations et des réflexions, sous forme d’études ponctuelles ou de retours d’expériences, et des ressources documentaires, sur les thèmes suivants :

  • Communicabilité des archives publiques :
    • application des délais de communicabilité par type de document ou d’information ;
    • modalités légales d’accès aux documents ;
    • étude des différents secrets protégés par la loi française (vie privée, secret industriel et commercial…).
  • Enjeux juridiques de la valorisation des archives publiques :
    • droit de la réutilisation et de l’open data ;
    • droit de la mise en ligne ;
    • protection des données à caractère personnel.
  • Droits voisins, liés au droit d’accès aux archives et à leur exploitation :
    • droit de la propriété intellectuelle ;
    • droit à l’image…
  • …et toute autre question juridique étudiée par le Service interministériel des Archives de France.

Ce carnet s’adresse à tous : professionnels du secteur des archives, ou en lien avec un service d’archives, mais aussi lecteurs, étudiants, juristes, citoyens, journalistes, désireux de mieux comprendre le droit d’accès aux archives publiques en France.

Bonne réflexion, bon partage de connaissances !